Concours externe CPE- Session 2007

DISSERTATION

Dans son ouvrage « Eduquer le citoyen » Patrice Canivez écrit, à propos de ce qu’il nomme la théorie de l’éducation d’Hannah Arendt :

« L’éducation doit donc être conservatrice, précisément pour que le monde puisse évoluer. L’éducation « révolutionnaire », en rompant avec la culture et les traditions, prive en fait les enfants du sol sur lequel ils peuvent s’appuyer pour inventer. Elle est un facteur de conformisme, parce qu’en se désintéressant du monde, elle l’abandonne plus sûrement au vieillissement qu’en transmettant les traditions que d’autres continueront en les critiquant et en les repensant. (…)

La conception arendtienne a l’intérêt de montrer en quoi l’autorité, sans laquelle l’enseignement est impossible, n’a rien à voir avec une démonstration de force. Elle repose à la fois sur le savoir de l’enseignant et sur le fait qu’il incarne, aux yeux des enfants, la mémoire d’une civilisation. Elle découle de la confiance que les élèves accordent à celui qui assure le lien avec le passé, et par conséquent avec le monde qui en est issu. Il est donc difficile d’obtenir cette autorité, ou de la rétablir, si la société toute entière cultive l’obsession de la nouveauté et le mépris du passé. Car cette société, dans le moment même où elle exige des enseignants une certaine autorité, sape les fondements sur lesquels elle repose. »

En vous appuyant sur vos connaissances, notamment du débat sur la place de l’autorité dans la société et à l’école, vous chercherez à discerner dans quelle mesure cette conception, élaborée aux Etats-Unis dans les années 60, vous paraît pertinente pour analyser certains aspects de la vie sociale et de la vie scolaire dans la France d’aujourd’hui.

Inscription Newsletter    Mentions légales   |    Gestion - MàJ le 17/12/2017    |    Déclaration CNIL 1550636     rss